Centre ophtalmologique Valmy

Prendre rendez-vous en ligne Doctolib

Sécheresse oculaire

Qu’est-ce que la sécheresse oculaire ?

La sécheresse oculaire est une affection extrêmement fréquente, qui représenterait jusqu’à 25% des motifs de consultation en Ophtalmologie. Il s’agit d’une pathologie multifactorielle, chronique, dont l’impact sur la qualité est souvent majeur.

Les larmes sont produites en permanence par les glandes lacrymales puis étalées sur toute la surface de l’œil grâce au clignement des paupières. Principalement composé d’eau et de corps gras, le film lacrymal assure la protection et la lubrification de l’œil, il agit comme une fine barrière devant la cornée.

On parle de sécheresse oculaire quand la quantité et/ou la qualité des larmes d’un individu est insuffisante. Deux mécanismes sont impliqués :

  • sécheresse aqueuse liée à une insuffisance de production lacrymale
  • sécheresse lipidique liée à un excès d’évaporation des larmes causée par un blocage des glandes de Meibomius. On parle alors de dysfonctionnement des glandes de Meibomius ( DGM).
  • Les deux formes peuvent coexister.


Quels sont les symptômes de la sécheresse oculaire ?

La sécheresse oculaire peut se manifester de diverses manières :

  • picotements, démangeaisons, sensations de brûlure, de sable ou de corps étranger dans les yeux ;
  • sensibilité à la lumière (photophobie), à la fumée de tabac ou au vent ;
  • gêne à l’ouverture des yeux le matin, sensation de paupières collées ;
  • absence de larmes dans des situations connues pour déclencher leur sécrétion : lors d’émotion, d’épluchage d’oignons… ;
  • à l’opposé, présence d’un larmoiement au vent, au froid, à la lecture… ;
  • impression de flou visuel ;
  • difficultés à porter des lentilles de contact.

Paradoxalement, le larmoiement est un symptôme fréquent. Il est en fait une réponse compensatoire du corps à un film lacrymal de mauvaise qualité.

La sensation d’yeux secs n’est pas forcément synonyme de sécheresse oculaire !
Il arrive en effet que cette sensation soit purement subjective et que la sécrétion de larmes soit normale. Cela arrive, par exemple, lorsque vos yeux sont surmenés ou exposés à des produits irritants. Si cette impression perdure, consultez un ophtalmologiste.

Quelles sont les causes de la sécheresse oculaire ?

La sécheresse oculaire peut être due à plusieurs facteurs.

  • L’âge : 15 % des personnes âgées de plus de 60 ans sont atteints de sécheresse oculaire. En vieillissant, la production de larmes devient moins importante car les glandes lacrymales s’atrophient. Cette baisse est aggravée par les modifications hormonales liées à la ménopause chez la femme et à l’andropause chez l’homme.
  • L’environnement : la pollution, l’air sec ou climatisé,  l’usage prolongé de lentilles de contact et d’écran, le vent, le froid… peuvent aussi assécher les yeux, surtout lorsque ces facteurs se cumulent.
  • La prise de médicaments ou de substances toxiques : certains médicaments peuvent réduire les larmes, voire modifier leur composition. Il s’agit par exemple des antidépresseurs, des antalgiques, des somnifères, des antihistaminiques, des anti-acnéiques, des anti-diarrhéiques, des traitements hormonaux (contraception orale…)
  • La prise de substances toxiques : le tabac et le cannabis, peuvent provoquer ce syndrome.
  • La chirurgie de l’œil : suite à une opération de l’œil (intervention au laser), une sécheresse oculaire peut apparaître. Celle-ci est cependant temporaire.
  • Des maladies avec atteinte inflammatoire des paupières (blépharite) : une rosacée, une dermite séborrhéique, un psoriasis, des allergies oculaires chroniques.
  • Des maladies générales. Même si cela reste rare, certaines maladies peuvent également retentir sur la sécrétion des larmes comme des maladies auto-immunes (syndrome de Goujerot-Sjögren : maladie auto immune responsable d’une sécheresse des yeux de la bouche et des muqueuses gynécologiques …), une polyarthrite rhumatoïde, un lupus, etc.), des infections virales (VIH, hépatite C, etc.)

Une analyse complète au centre d’ophtalmologie permettra de faire un diagnostic précis et proposer un traitement adapté.

Prise en charge

Plusieurs axes de prise en charge seront explorés, selon la sévérité et la cause de votre sécheresse :

  • Agir sur l’environnement afin d’éviter des facteurs favorisants
  • Le traitement des pathologies associées ( blépharite, dysfonction des glandes de Meibomius…) par des soins et massages des paupières
  • Larmes artificielles
  • Des solutions chirurgicales sont parfois possibles: résection d’excès de tissu conjonctival (conjonctivochalasis), implantation de bouchons dans les méats lacrymaux, permettant de limiter le drainage des larmes et favorisant leur maintien au contact de la surface oculaire…


La sècheresse oculaire est une maladie chronique. Les traitements et soins sont prescrits pour une très longue durée, le plus souvent à vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *