Centre ophtalmologique Valmy

Prendre rendez-vous en ligne Doctolib

Dermatochalasis

« J’ai les paupiĂšres qui tombent, le regard fatiguĂ© et triste »

DĂ©finition et symptĂŽmes

La dermatochalasis est un excĂšs de peau en paupiĂšre supĂ©rieure. C’est une pathologie frĂ©quente qui touche une large partie de la population. Il donne un aspect lourd aux paupiĂšres ce qui engendre une gĂȘne esthĂ©tique, mais surtout fonctionnelle.

Il est la consĂ©quence d’un relĂąchement des tissus liĂ© Ă  l’ñge. Cet excĂšs cutanĂ© donne un aspect de regard « lourd et fatigué». De plus, il est frĂ©quemment associĂ© Ă  une hernie graisseuse (lipoptose) dĂ» Ă  la laxitĂ© des septums orbitaires.

La coexistence d’un ptosis est frĂ©quente cependant, il est important de bien les diffĂ©rencier lors de l’examen clinique. En effet, la prise en charge sera diffĂ©rente. Le ptosis est causĂ© par un affaiblissement musculaire et entraĂźne la chute de la paupiĂšre supĂ©rieure sur l’Ɠil, tandis que le dermatochalasis est causĂ© par un excĂšs de peau en paupiĂšre supĂ©rieure.

Cet excĂšs de tissu peut entraĂźner une amputation du champ visuel avec un effet de «casquette cutanĂ©e » et diminuer ainsi la qualitĂ© de vie des personnes atteintes. Il peut provoquer d’autres symptĂŽmes, notamment une sensation de lourdeur autour des paupiĂšres, d’irritation oculaire ou encore un frottement des cils sur l’Ɠil.

Population concernée

La majoritĂ© des patients qui dĂ©veloppent un dermatochalasis l’acquiĂšrent en raison d’un processus de vieillissement naturel. Le dermatochalasis affecte donc le plus souvent les adultes d’Ăąge moyen et les personnes ĂągĂ©es. Mais, il peut parfois ĂȘtre observĂ© chez des individus plus jeunes.

Les symptĂŽmes se dĂ©veloppent gĂ©nĂ©ralement vers 40 ans et s’aggravent progressivement avec le temps. À mesure que les individus vieillissent, leur peau et leurs paupiĂšres commencent naturellement Ă  s’affaisser en raison de l’affaiblissement des muscles et des tissus.

Bien que la dermatochalasis se dĂ©veloppe le plus souvent dans le cadre du processus de vieillissement naturel, il peut Ă©galement ĂȘtre congĂ©nital (acquis Ă  la naissance). Les symptĂŽmes commencent alors Ă  apparaĂźtre dĂšs l’Ăąge de 20 ans.

Enfin, certains facteurs hĂ©rĂ©ditaires, une exposition excessive au soleil ou encore le tabagisme peuvent ĂȘtre responsable de l’apparition prĂ©maturĂ©e du dermatochalasis.

Les examens nécessaires

Le dermatochalasis est un diagnostic clinique.

Lors de l’inspection gĂ©nĂ©rale, le mĂ©decin analyse la position des sourcils et l’action du muscle frontal.

L’examen ophtalmologique est ensuite approfondi avec une mesure de l’acuitĂ© visuelle des deux yeux. L’examen Ă  la lampe Ă  fente permet d’étudier les diffĂ©rentes structures oculaires Ă  la recherche d’anomalies associĂ©es, notamment une sĂ©cheresse oculaire.

L’examen du dermatochalasis permet d’estimer l’importance de l’excĂ©dent cutanĂ© Ă  rĂ©sĂ©quer et jusqu’oĂč il se prolonge en latĂ©ral. La fonction du muscle releveur de la paupiĂšre, ainsi que la position du bord libre palpĂ©bral, doivent ĂȘtre parfaitement analysĂ©es pour dĂ©pister la prĂ©sence d’un ptosis coexistant.

Pendant l’examen, le mĂ©decin prend des photographies pour Ă©valuer le rĂ©sultat du traitement en post-opĂ©ratoire.

Un champ visuel est rĂ©alisĂ© avant l’opĂ©ration. Il permet d’objectiver l’amputation ou la perte de champ de vision causĂ©e par le dermatochalasis.

La prise en charge par les organismes d’assurance (assurance maladie et mutuelles) repose en effet sur : la plainte visuelle, l’excĂ©dent cutanĂ© allant au contact des cils et une amputation du champ visuel supĂ©rieure de 15° ou 20°.

Les traitements

La blĂ©pharoplastie supĂ©rieure est l’intervention chirurgicale qui permet de traiter le dermatochalasis.

Les indications peuvent ĂȘtre d’ordre fonctionnel ou esthĂ©tique.

L’intervention se dĂ©roule sous anesthĂ©sie locale approfondie, en chirurgie ambulatoire, au bloc opĂ©ratoire.

Elle consiste en une excision de l’excĂšs de peau plus ou moins associĂ©e Ă  une rĂ©section de la graisse. L’incision est placĂ©e dans le pli naturel de la paupiĂšre, ce qui permet d’obtenir une cicatrice trĂšs discrĂšte.

Les suites de l’intervention sont marquĂ©es par l’apparition d’ƓdĂšmes et d’hĂ©matomes spontanĂ©ment rĂ©solutifs en une dizaine de jours. L’application de compresses imbibĂ©es de sĂ©rum physiologique glacĂ© permet de limiter cet ƓdĂšme.

L’occlusion palpĂ©bral peut ĂȘtre imparfaite les premiers jours. Ainsi, des collyres et pommades ophtalmiques seront prescrits pour 1 mois. Le premier rendez-vous post-opĂ©ratoire a lieu 5 Ă  10 jours aprĂšs l’intervention pour procĂ©der Ă  l’ablation des points. Un dernier rendez-vous, 2 Ă  3 mois aprĂšs l’intervention permet d’évaluer le rĂ©sultat final.

La reprise du travail peut ĂȘtre envisagĂ©e une semaine aprĂšs l’intervention. L’exposition au soleil est dĂ©conseillĂ©e pendant la pĂ©riode de cicatrisation. Les cicatrices s’estompent progressivement et seront trĂšs peu visibles car cachĂ©es dans le pli palpĂ©bral.

La blépharoplastie améliore considérablement la qualité visuelle et donc la qualité de vie pour les personnes atteintes de dermatochalasis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *